Concours de frein (Juin 1901)

dimanche 29 janvier 2017, par velovi

Par Carlo Bourlet, Revue du Touring-Club de France, Juin 1901, Source gallica.bnf.fr / BnF

Il y a longtemps que nous pensons, au Comité technique, à organiser pour les bicyclettes des concours analogues à ceux que l’Automobile-Club organise tous les ans pour les automobiles, sous la direction de notre éminent collègue M. Forestier.
Malheureusement, la chose est moins facile qu’on ne pourrait le croire tout d’abord, car nous ne voulons pas faire des épreuves à réclame, sans but et sans sanction, mais nous tenons à ce que nos concours aient une signification réelle, scientifique et pratique, et à ce qu’on puisse avoir confiance en la valeur de leurs résultats.

Actuellement, trois questions importantes se présentaient à nous : les changements de vitesse, les roues libres et les freins.

Une course de changements de vitesse serait un non-sens. Car, et on l’oublie trop souvent, le changement de vitesse n’est pas fait pour augmenter la vitesse d’un touriste, il est destiné uniquement à lui éviter des efforts exagérés, à lui permettre de faire de beaucoup plus longues courses avec moins de fatigue.

Si on faisait une course de changements de vitesse, il est probable que celui qui arriverait le premier serait celui qui s’en serait le moins servi. On ne peut juger de la valeur d’un changement de vitesse que par un usage très prolongé, qui permet de se rendre compte de la façon dont on doit s’en servir, et de la durée du système.
Il en est absolument de même, d’ailleurs, des roues libres. Si l’on organisait un concours de roues libres analogue a celui qui a été fait par le Touring-Club d’Angleterre, et qui consiste à faire descendre une côte, en roue libre, par divers cyclistes montant diverses machines, il est probable que celui qui arriverait le premier n’aurait peut-être pas la meilleure roue libre ; ce serait le plus lourd ; celui qui aurait rencontré le moins de cailloux sur sa route, ou celui qui aurait les meilleurs pneumatiques.

Toutes les roues libres, neuves, sont également bonnes, ce qu’il faut voir, c’est la façon dont elles se comportent à l’usage ; car la plupart, au bout de trois mois d’emploi, sont sujettes à de fréquents accidents. Dans ces conditions, il est permis de se demander quel peut bien être le sportsman antiscientifique qui a suggéré au Touring-Club Anglais cette bizarre expérience, sans résultats possibles, sans utilité, sans la moindre sanction !

En résumé, la seule chose qu’on puisse étudier dans un temps limité, par un concours sur route, c’est le frein.

Sur la proposition du Comité technique, le Conseil d’administration a donc décidé l’organisation d’un concours de freins qri aura lieu du 15 au 20 août.

Il ne nous est pas possible de donner dès à présent le programme complet de ce concours ; ce programme sera élaboré par la Commission spéciale instituée à cet effet, et sera envoyé ultérieurement à tous ceux qui en feront la demande ; nous nous contenterons aujourd’hui d’indiquer les grandes lignes de ce concours.

COMMISSION

La Commission sera composée de :

MM. APPELL, membre de l’Institut, président.
KŒNIGS, professeur de mécanique expérimentale à la Sorbonne, vice-président.
G. FORESTIER, inspecteur général des ponts et chaussées, membre du Conseil ; PERRACHE, ancien capitaine d’artillerie.
FERRUS, chef d’escadron d’artillerie, directeur de la Revue de l’artillerie, membres.
Carlo BOURLET, professeur de Mathématiques spéciales au Lycée Saint-Louis, professeur à l’Ecole des Beaux-Arts, rapporteur.

DURÉE DU CONCOURS

Le concours durera quatre ou cinq jours au plus, il aura lieu dans une région très montagneuse de la France, dans l’Isère probablement.

CONDITIONS GÉNÉRALES

Les concurrents devront nous présenter une machine munie d’une roue libre et du frein à essayer. Ils pourront, en raison des fortes déclivités du parcours, adapter à cette bicyclette autant de freins qu’ils le voudront, mais un seul sera admis à concourir. Les autres seront attachés au moyen d’un fil de soie et plombés ; les concurrents qui les auraient employés seraient disqualifiés.

Il y aura trois séries d’épreuves :

1° Endurance, pour freins de pays moyens ;

2° Épreuves d’arrêt brusque ;

3° Épreuves pour freins de montagne.

La première et la troisième épreuve devront se faire à des vitesses fixées à l’avance.

Il sera délivré un brevet de frein moyen à tous les freins qui auront satisfait aux deux premières épreuves ; le brevet de frein de montagne sera délivré exclusivement aux freins ayant satisfait aux trois épreuves.

Un rapport détaillé du concours sera publié dans la Revue du Touring-Club.

Ne seront mentionnées dans ce rapport que les machines ayant obtenu un brevet.
La Commission décidera, après le concours, s’il y a lieu ou non de faire un classement des concurrents et si on attribuera ou non des prix.

Le Touring-Club prendra à sa charge les frais de voyage de chaque concurrent ; à cet effet, il organisera une caravane qui partira de Paris et y reviendra. Les frais de séjour restent à la charge des concurrents. Il n’y aura pas de droit d’inscription.
Le programme sera à la disposition des constructeurs à partir du 8 juillet ; à partir de cette date également les inscriptions seront reçues au siège social du Touring Club, 10, Place de la Bourse. La liste d’inscriptions sera irrévocablement close le 8 août à midi.

Le Rapporteur, Carlo BOURLET, Docteur ès-sciences.