La bicyclette Pedersen (1899)

jeudi 11 juin 2020, par velovi

Extrait de « La bicyclette, sa construction et sa forme », par C. Bourlet. Paris  : Le génie civil  : Gauthier-Villars 1899, numérisé à ma demande en licence open source Version 1.0 etalab à partir de biu Santé Paris, 13.02.2017

Les observations générales qui précèdent nous amènent à parler, en premier lieu, d’un essai curieux de bicyclette à cadre théorique, qui a été présenté par la maison Humber au Salon du Cycle de 1898 : c’est la bicyclette Pedersen (fig. 37).

Cadre Pedersen
« La bicyclette, sa construction et sa forme », par C. Bourlet. Paris  : Le génie civil  : Gauthier-Villars 1899, numérisé à la demande en licence open source Version 1.0 etalab à partir de biu Santé Paris, 13.02.2017

L’inspection seule de la figure suffit à montrer que le cadre, uniquement composé de triangles, répond aux desiderata théoriques.

À première vue, cette machine diffère tellement des types classiques auxquels notre œil est habitué qu’on serait tenté de se demander si l’inventeur n’a pas surtout cherché à prouver que l’application stricte des principes théoriques conduit à un cadre ridicule. Mais, en regardant les choses de plus près et surtout en observant ce fait très important que la machine, tout en étant très solide, ne pèse que 9 kilogr., on est amené à penser plutôt qu’il y a là peut-être le germe d’un progrès important dans la fabrication des cycles. En tout cas, cette légèreté extrême est une preuve palpable de ce que nous avancions plus haut, à savoir qu’une exécution plus rationnelle du cadre permettrait d’alléger sensiblement l’instrument.

Il est difficile, dans des questions de ce genre, de donner un avis très sérieux sans avoir vu comment la machine se comporte au point de vue pratique. À priori, on est tenté de faire à la bicyclette Pedersen deux objections :
1° pourquoi l’auteur, en adoptant les triangles n’a-t-il pas abandonné les joints rigides, et pourquoi les diverses pièces du cadre ne sont-elles pas simplement articulées  ?
2° Le mode d’installation de la selle est-il bien rationnel  ? C’est un principe bien connu, des cavaliers aussi bien que des cyclistes, qu’une selle rigide vaut mieux qu’une selle souple. Cette suspension sur le hamac tendu de A en B (fig. 37) sera-t-elle, à la fois, agréable et pratique  ? Nous nous permettons d’en douter et nous voudrions bien savoir comment on peut faire pour pratiquer le lâche-mains sur cet instrument.

Voir aussi :